Pages

lundi 12 décembre 2011

Le Lait, pas toujours source de réconfort

Depuis quelque temps, je fais quelques montées de lait au sujet de mon état de santé, que je tente par tous les moyens de contrôler, parce que oui je suis contrôlante mais surtout parce que je crois sincèrement qu’une Maman heureuse, c’est impératif au bonheur de sa famille. Alors j’y vais d’une autre petite complainte mais possiblement aussi d’une lueur d’espoir au bout du tunnel (désolé pour celles qui n’en peuvent plus mais dans cette intimité que nous partageons, je vous dévoile tous mes côtés...).

Je vous annonce rien en vous parlant de mon problème de glande thyroïde mais après plus de trois mois à prendre des médicaments, je sentais que mon état n’allait pas vers le mieux, même si mes prises de sang démontrent une amélioration au niveau du fonctionnement. J’avais beau prendre soin de moi; bien manger, faire de l’exercice, me coucher plus tôt, couper le vin la semaine mais rien ne semblait améliorer mon état même que j’ai dû abandonner mes cours de yoga, mes douleurs musculaires étaient trop pénibles… Croyez-moi que quand le yoga fait mal, tout fait mal. Malgré mes questionnements à mon médecin, elle ne comprenait pas mais pour elle, tout était sur la bonne voie…

Lors d’une sortie récente en amoureux, où j’ai mangé un repas très copieux mais surtout très riche, beaucoup de crème et de fromage frais au rendez-vous, je me suis réveillée le lendemain avec un malaise intense, pour ne pas dire violent. C’est là que j’ai eu un éclair, j’ai réalisé que j’avais été malade à plusieurs de mes dernières sorties au resto et que le point commun était un plat avec de la crème. Je pensais à chaque fois que c’était le mélange de nourriture, vin et fatigue qui ne faisaient pas bon ménage. J’avais peut-être mis le doigt dessus; est-ce que j’aurais une intolérance au lactose?

Je me suis mise à chercher, comme je suis capable de le faire sur Internet, un peu trop selon mes proches, mais parfois la persévérance rapporte. Je me suis rendue compte que mon médicament contient du lactose et que mes symptômes, qui semblaient s’empirer, c’était peut-être dû à cette intolérance.

Je consulte mon médecin qui me dit qu’il n’y a aucune alternative à mon médicament, le Synthroid semble être le seul ici au Québec pour traiter l’hypothyroïdie. Elle me suggère de consulter mon pharmacien. Après consultation, entre deux pharmaciens et la naturopathe, on me suggère de prendre un comprimé de Lactaid, 30 minutes avant la prise de mon médicament. La naturopathe de la pharmacie, que j’ai rencontré il y a quelques mois afin qu’elle puisse me guider avec la nouvelle de ma glande, m’avait dit à ce moment qu’elle suspectait que j’avais de l’inflammation, que mon corps combattait depuis des années des intolérances. Elle n’était pas du tout surprise et m’a conseillé quelques produits naturels pour m’aider à me remettre sur pied.

Je ne sais pas pourquoi que toute cette histoire est venue cogner à ma porte, moi qui a toujours mené une bonne vie, qui avait une bonne santé mais surtout moi qui suis si gourmande. J’ai même entendu que j’avais de la chance parce que cette intolérance est la plus simple à gérer. Je ne sais pas encore comment c’est si simple à gérer quand je suis supposée prendre un médicament pour une autre condition, qui n’est pas compatible avec moi et qui en plus n’a aucune alternative mais c'est à suivre…

J’aimerais vous dire que ça va mieux, c’est trop tôt… Je peux confirmer par contre que de mettre du lait, sans lactose, dans mon café du matin, depuis une semaine déjà, a grandement aidé mon petit bedon. Je ne me rendais même pas compte comment je n’étais pas bien, je pensais que c’était le café qui ne me faisait pas trop…

À noter que je partage ici parce que parfois, manger n’est pas si simple. Je crois par contre que la bonne nouvelle, est que la nourriture peut être notre plus grande complice, si nous comprenons bien son impact sur notre santé. Je tente de voir cette mésaventure comme une opportunité parce qu’ultimement mon but est juste de me sentir mieux, de me retrouver et d’être au meilleur de moi-même. Il est grand temps que ça se passe, je souhaite être sur une bonne piste.

La morale de cette histoire est que votre corps vous parle, est-ce que vous l'écoutez?

Bon appétit ;)

3 commentaires:

Marie-Claude a dit...

J'ai hâte de t'entendre dire dans 1 mois que ça va beaucoup mieux :) Bonne écoute!

Maman se cuisine a dit...

Merci d'être optimiste à ma place ;) À suivre...

La Belle a dit...

Ça fait du bien de te lire :-)
À suivre bien sûre!