Pages

jeudi 16 juin 2011

Fragilité de la vie

Nous avons tous de ces moments où notre vie ne sera plus jamais la même… J’ai entendu dire Josélito Michaud que nous allons tous vivre un 11 septembre, en faisant la promotion de son émission, On prend toujours un train, à Radio-Canada, que j’adore même si je trouve parfois difficile à écouter. La morale de l’histoire c’est que la nature humaine est faite pour survivre, vous n’avez qu’à regarder à travers l’histoire, le monde ou tout autour de vous pour voir des exemples de survie incroyables. J’ai vécu et j’ai plusieurs de ces exemples tout autour de moi. Je peux vous confirmer que ça nous change pour toujours, pour le mieux peut-être… Bien sûr, il y a des jours où il ne faut pas trop y penser parce que ça serait trop difficile. Ce n’est pas le courage qui est nécessaire pour continuer mais plutôt l’espoir que demain sera toujours un jour meilleur.

Je voulais vous partager une petite tranche de vie mais aussi une grande leçon. Cette semaine, je me préparais à recevoir des enfants bien spéciaux ainsi que leur Maman. Il y a quatre ans, nous avons toutes vécues un accouchement d’un grand prématuré, entre 24 et 28 semaines de grossesse. Je ne vais pas entrer dans les détails, nous aurions toutes un livre à écrire sur le sujet, mais je peux vous assurer que les leçons de vie sont grandes après un tel événement. Pour plusieurs d’entres nous, nos enfants portent encore les traces de cette venue au monde trop tôt et qui sait ce qui se pointera dans les prochaines années, ils sont encore petits. En me préparant, je commençais à angoisser que je manquerais de temps pour faire un super ménage de ma maison. Ces Mamans que je vois quelques fois par année depuis, qu’est-ce qu’elles allaient penser en voyant mon plancher pas assez propre, mes vitres pleines de petites traces de doigts, mes rénovations pas encore terminées, ma chambre sans dessous dessus parce que j’ai acheté une nouvelles armoire et que je n’ai pas encore tout placé, plusieurs bacs par terre, etc. Et tout à coup, une intervention divine dans ma tête :

«Mais Angel, ces Mamans ont veillées sur leur enfant près de la mort, certaines ont même perdu leur petit ange, tu as vécu la même chose, tu en as été témoin, le lien entre vous, comment vous avez survécues à de longs mois ensembles, votre complicité et compassion les unes pour les autres, penses-tu vraiment que ton ménage a une si grande importance, surtout auprès de ces femmes d’exception?»
J’ai continué mon ménage avec légèreté, ma maison sera comme elle sera, moi ça me fait plaisir de les revoir, de recevoir leur petit miracle. Ils sont tous trop petits pour réaliser la fragilité de la vie, de leur vie mais moi qui a été aux premières loges, il est grand temps que je cesse de m’en faire autant. Je suis si souvent tellement stressée pour des niaiseries, serait-ce que je n’ai rien appris? Parce que tout événement bouleversant devrait nous laisser au moins des leçons, que nous mettrons en pratique ou non. La frénésie de la vie nous pousse toujours dans une autre direction mais c’est vraiment à nous d’y mettre un frein et de revoir nos priorités.

Je vous souhaite un été avec cette légèreté dans vos cœurs et tous les petits bonheurs de la vie avec vos petits amours.

Bon appétit ;)

Première rencontre, quelques mois après les sorties de l'hôpital...

Mon beau Ulysse à son arrivée à la maison après 9 semaines à l'hôpital...

2 commentaires:

Maman à bord a dit...

Que c'est sage!

Belles photos!:)

La Belle a dit...

C'est effectivement fragile la vie, et c'est tellement beau de voir ces enfants!