Pages

mercredi 12 octobre 2011

Se déculpabiliser par les fruits

La Maman a une grande influence dans sa cuisine, c’est une grande responsabilité. Je n’ai jamais pris cette fonction à la légère depuis la naissance de mes enfants, je crois par contre que l’équilibre est toujours mieux que la censure. Mais à quel moment qu’une fois devient coutume? Quel est le délai raisonnable pour se gâter avec des calories vides? Un sac de Doritos par semaine, est-ce trop? Juste le samedi soir? Quand j’étais petite, nous avions droit à une petite portion de chips le dimanche, aujourd’hui ma Maman en mange à tous les jours, trouver l’erreur…

C’est en mettant mes jeans ce matin que j’ai senti un certain inconfort… Je me suis dit que j’ai dû porter trop de «linge mou» depuis un certain temps, je ne suis plus habituée d’être à l’étroit dans mes vêtements. Au bout de quelques minutes, j’ai sorti mon amie la balance afin de voir si c’était dans ma tête ou sur mes cuisses le problème; c’est bien se que je pensais, j'ai été trop permissive depuis un certain temps...

Tout a commencé bonnement, en voulant faire plaisir à ma petite famille ainsi qu’à moi-même, je me confesse, je me suis mise à cuisiner des DESSERTS. Pas n’importe lesquels, j’ai quand même une responsabilité en tant que Maman, tel que mentionné plus haut. Afin de la contourner, comme je suis futée, je me suis dit que si je trouve des recettes avec des fruits, c’est un peu santé, c’est un peu mieux, non? C’est comme ça que j’ai perdu le contrôle, que l’exception est devenue la règle…

Moi qui étais si fière de dire que notre dessert familial c’est un fruit ou un yogourt, c’est devenu au cours de la période estivale, de bons petits plats sucrés, remplis de fruits, oui, mais aussi de tout le reste. Je me suis même surprise à utiliser beaucoup de beurre, quand ce n’est pas la période des Fêtes et que ça revient régulièrement sur la liste d’épicerie, pour moi, c’est un problème.

Je n’arrêterai pas de cuisiner des desserts ou des gâteries mais je me dois certainement d’évaluer la fréquence qui sera raisonnable pour moi et ma famille. C’est à chacun d’y aller de sa conscience mais croyez-moi, c’est facile de se laisser piéger, je dirais même qu’un peu de sucre après un repas devient vite un besoin…

À l’aube de l’Halloween et de la période des Fêtes, je me souhaite de réfléchir un peu plus avant de tout me mettre dans la bouche, comme si j’avais le droit de me gâter à tout moment. Ce n’est pas ce que je veux partager à mes enfants, j’ai travaillé trop fort pour leur faire comprendre l’importance de bien manger.

Bon appétit ;)

4 commentaires:

Une femme libre a dit...

C'est une excellente réflexion. En cas de déprime, j'ai envie de comfort food, qui me viennent de l'enfance. Je sais que je ne suis pas la seule! Or, l'amour maternel était beaucoup associé aux desserts chez nous. Maman nous faisait un beau gâteau pour nous récompenser, une tarte pour nous faire plaisir, et il n'était pas question de ne pas y faire honneur, elle aurait été vexée. J'ai essayé de ne pas transmettre cet aspect affectif du dessert à mes enfants et je suis contente d'y avoir réussi. Ils sont tous les quatre minces et en santé, tout en mangeant de tout.

Marie-Claude a dit...

Je comprends ce que tu vis. Je suis aussi dans une période où j'ai envie de me gâter et j'ai passé l'été à manger de chips... alors là, j'en rachète mais pas trop souvent... et là je suis tellement débordée que je ne fais plus de desserts... au moins il y a ça de réglé ;)

Maman se cuisine a dit...

Merci de m'encourager... Pas de dessert cette semaine, une journée à la fois ;)

La Belle a dit...

Ici nous avons des desserts (des vrais) et des desserts santé.

Les desserts déguisés sont des desserts mais plus santé comme du yogourt, des fruits, un milshake (avec des fruits congelés), etc...

J'essaie d'avoir plus de desserts santé disons ;-)